Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



L’église Saint-François-Xavier (1861-1874)

Place du Président-Mithouard

St françois Xavier façade

 Édifiée à l’initiative de la Ville de Paris pour « désengorger » la chapelle des Missions étrangères de la rue du Bac, l’église Saint-François-Xavier possède, comme la Sainte-Trinité, une façade inspirée de la Renaissance italienne, prenant notamment exemple sur l’église de la Trinité-des-Monts, à Rome. Conçue par l’architecte Louis-Adrien Lusson (1790-1864), mais achevée par Toussaint Uchard (1809-1892), elle adopte un plan cruciforme, à transept non saillant.

DSCF2136

Le grand portail de l’église

 La façade principale comprend un large avant-corps en léger ressaut : cet avant-corps, flanqué de deux tours-clochers carrées, est percé d’une rosace à remplage, disposée entre deux niches à sculpture abritant les statues de Saint Pierre, par Justin-Chrysostome Sanson (1823-1910), et Saint Paul, par Jules Franceschi (1825-1893). Il est couronné d’un fronton décoré, illustrant Saint François Xavier baptisant les habitants de l’Inde et du Japon, par Gabriel-Jules Thomas (1824-1905).

Les deux premiers niveaux des tours-clochers sont percés de fenêtres à croisillons de pierre, ourlées d’un arc retombant sur des consoles en forme de chapiteau ; leur partie supérieure, coiffée d’un dôme à quatre pans, possède des fenêtres à meneaux, fermées par une claire-voie. L’accès à l’église s’effectue par un portail, dont les voussures s’élèvent jusqu’à la corniche du rez-de-chaussée, encadré par deux portes semblables, mais plus petites.

DSCF2137

Le relief des portes latérales

 Le tympan de la porte centrale porte un relief qui représente L’Agneau sur le livre aux sept sceaux et deux anges adorateurs. Les portes latérales sont surmontées d’une frise avec un vase et une branche d’hysope. Le tympan des portes latérales montre une coquille où se détache la Croix, sur un faisceau de rayons, avec deux dauphins.

DSCF2140

De grandes baies cintrées, entre lesquelles se dressent des pilastres à chapiteau dorique, scandent les façades latérales sur deux niveaux : elles éclairent les chapelles latérales de l’église et percent, à l’étage, le mur en retrait de la nef. Une rosace décore le massif supérieur du transept. 

DSCF2138

 Le chevet de l’église

Le chevet de l’église est marqué par le grand hémicycle de la chapelle de la Vierge, surmonté d’un demi-dôme couvert de zinc. De larges ouvertures en plein cintre, dont l’arc retombe sur des pilastres à chapiteau dorique, rythment le mur au-delà d’un haut soubassement. Des meneaux de pierre divisent les baies supérieures et les subdivisent en trois petites baies à leur base. Des médaillons portant les lettres « V M » superposées, pour « Vierge Marie », se logent entre l’arc de chaque ouverture. Un bandeau terminal porte en outre les litanies de la Vierge, invocations poétiques inspirées des Écritures.

DSCF2150

La nef de l’église

L’église Saint-François-Xavier comprend une large nef sans bas-côtés, qui aboutit, au-delà de la croisée du transept, à un chœur plus étroit, signalé par un arc triomphal. Cette clôture monumentale repose sur de puissantes colonnes à chapiteau composite et sur des arcades latérales, qui mènent à la chapelle de la Vierge. La nef est bordée de grandes arcades, ouvertes sur les chapelles latérales, décorées de grandes peintures d’autel par les peintres contemporains. D’importantes donations ont toutefois considérablement enrichi le patrimoine de l’église en tableaux de maîtres anciens (Tintoret, Claude II Audran, Luca Giordano). 

 Des colonnes cannelées à chapiteau composite, reliées par des doubleaux en plein cintre, se dressent  jusqu’à la corniche saillante du rez-de-chaussée. Des fenêtres hautes se logent sous les lunettes pénétrant la voûte en berceau qui couvre la nef jusqu’à la croisée du transept.

DSCF2152

Les lunettes pénétrant la voûte à berceau de la nef

Les lunettes pénétrant la voûte à berceau de la nef sont marquées du chiffre « F X » du saint, appliqué sur un fond bleu azur. Le motif central représente un crucifix émergeant d’un pied d’acanthe qui s’élève comme deux pinces, peut-être en allusion au miracle du crabe, survenu pendant le séjour de saint François-Xavier en Asie. S’étant penché sur les flots pour calmer une violente tempête, alors qu’il naviguait sur la mer des Moluques, le saint avait fait tomber son crucifix, qu’un crabe lui rapporta sur le rivage d’une île proche où il avait débarqué.

DSCF2148

La calotte coiffant la croisée du transept

La calotte sur pendentifs à la croisée du transept est richement décorée par Charles-Joseph Lameire (1832-1910) : son décor représente L’Agneau pascal et les sept sceaux, entourés de chérubins, avec la figure des douze apôtres. Les quatre pendentifs représentent les prophètes ÉzéchielIsaïe, Jérémie et Daniel, par Jules-Élie Delaunay (1828-1891).

DSCF2145

Quelques-unes des figures des apôtres, vues depuis la chapelle de la Vierge

DSCF2147

Au-dessus de l’autel, dans les écoinçons de l’arc triomphal, Romain Cazes (1808-1881) a peint Moïse tenant les tables de la Loi et Aaron tenant sa baguette miraculeuse. La baguette d’Aaron porte les bourgeons et les amandes mûres, que Dieu avait fait fleurir pour montrer qu’il le choisissait pour Grand-Prêtre.    

DSCF2154

Les peintures de l’arc triomphal

Dans le tympan de l’arc triomphal, Cazes a peint, devant un Christ accueillant, les bras grand ouverts, Saint-François-Xavier présentant les peuples évangélisés (deux Indiens, un Japonais et un Chinois). Sur la face extérieure de l’arc, les quatre évangélistes, représentés symboliquement par le lion, l’ange, le taureau et l’aigle, et deux anges, tenant un grand livre ouvert, paraissent sur un décor de rinceaux à fond d’or.

De part et d’autre du tympan, sur les colonnes engagées décorant l’arc, les deux Anges, l’un aux raisins et l’autre aux épis de blé, ont été sculptés par Jules-Alexandre Falguière (1831-1900).

DSCF2143

 La chapelle de la Vierge

Les arcades latérales de l’arc triomphal forment un passage menant à la chapelle axiale, consacrée à la Vierge, qui prolonge le chœur derrière le maître-autel. Cette chapelle très vaste comprend trois travées droites, bordées de grandes arcades et de tribunes, et se termine par une abside en hémicycle, coiffée d’une demi-coupole. Le panneautage de marbres de couleurs différentes renvoie à la Renaissance italienne, tout comme le compartimentage de la demi-coupole, décorée de rinceaux sur lesquels se détachent des médaillons en grisaille, peints par Charles Lameire, représentant L’AnnonciationL’Assomption et La Visitation.

Douze représentations des litanies de la Vierge, par Alexandre Denuelle (1818-1879), constituent par ailleurs le riche décor des voûtes de la chapelle.

  

DSCF2144

Jean-Marie Bonnassieux (1810-1892)

Vierge à l’Enfant, Paris, église Saint-François-Xavier, chapelle de la Vierge

La statue de la Vierge à l’Enfant occupe une niche, délimitée par une arcade, formant un renfoncement derrière l’autel de la chapelle. Elle est environnée de nuages et d’un faisceau de rayons, qui suggèrent une apparition de la Vierge, selon un dispositif d’inspiration baroque.  Le sculpteur illustre en quelques sortes le dogme de l’Immaculée Conception, puisque la Vierge est représentée debout, sur une sphère, foulant le serpent du pied.  

.
 

Blog du niveau intermédiaire |
Blablarts |
I am the devil |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SPORT ETE FABULEUSE MAGIE ...
| HISTOIRES DESSINÉES
| Couleurdevie